Projets

Projet éducatif du Groupe scolaire Jean-Paul II

Établissement sous Contrat d’Association qui a pour mission le Développement de la personne dans toutes ses dimensions.

L’école est un lieu de vie, les activités doivent permettre aux enfants de mettre en œuvre et de développer leurs facultés physiques, intellectuelles et spirituelles, leurs qualités et leurs talents.

La personnalisation de l’enseignement invite à poser un double regard sur chaque enfant : un regard de bienveillance et d’exigence.

Cette exigence et cette bienveillance ont pour but ce qui est au cœur de l’acte éducatif : amener l’élève à la liberté.

Les visées éducatives se doivent de reposer sur un socle solide, qui donne du sens ; du sens au travail, du sens à la croissance humaine et donc du sens à la vie unique de chacun. Dans une école catholique, tout ce qui se vit est appelé à être irrigué par la vie en Dieu. Ainsi la pastorale fait l’unité par le cœur, mais elle se décline sous différents aspects. Par exemple, l’accueil comme la sanction peut se faire dans un regard chrétien qui élève1, il n’en demeure pas moins que l’enseignement d’une matière se fait avec compétence et professionnalisme. La vie chrétienne rendue visible s’offre à chacun dans le respect le plus profond de ses convictions. Il faut que chacun, en fonction de son chemin, de ses croyances, soit habité par des valeurs ou une vision spirituelle qui donnent sens et nourrissent sa visée éducative. Et dans une école catholique, le sens reconnu, c’est l’Évangile.

  1. Par exemple, un AESH (Accompagnant d’un Elève en Situation de Handicap) accompagnant une enfant handicapée depuis plusieurs années, dont des années en établissement public, disait combien les élèves avaient bien accueilli cette jeune fille et l’aident, tout en respectant son autonomie. « Cela a été possible parce que c’était chez vous », dans cet esprit de bienveillance que veut donner un établissement d’enseignement catholique.

LIEN AUX INSTITUTIONS

Lien à l’Église : Le groupe scolaire, situé dans le diocèse de Saint Etienne, dépend de l’Enseignement Catholique1.

Lien à l’État : Il s’agit d’un Établissement sous contrat d’association2.

Lien à la Tutelle des Ecoles de l’Emmanuel3 : Depuis juin 2013, la tutelle de l’Etablissement est confiée à la Communauté de l’Emmanuel.

 

Le projet éducatif est commun à l’ensemble du groupe scolaire, constitué d’une école maternelle, l’école Sainte Stéphanie, d’une école élémentaire, l’école Saint Joseph, du collège Sainte Stéphanie, du collège Saint Pierre et du lycée Saint Pierre.

Tous les membres de la communauté éducative, constituée « des élèves, des parents, de la communauté de travail et de tous les bénévoles »4, sont impliqués et responsables ; chacun, à son niveau de responsabilité, porte le projet en cohérence avec le but commun.

Un tel projet se déploie grâce à la générosité dans l’engagement personnel et une libre exigence envers soi-même.


NB : Le terme « école primaire » est souvent utilisé dans son sens strict d’école du premier degré : 
école primaire = école maternelle + école élémentaire.

2 Cf. Statut de l’Enseignement catholique, juin 2013

3 Cf. Loi Debré, du 31 décembre 1959

4 Cf. Texte de référence de la Tutelle de la communauté de l’Emmanuel

5 Cf. Statut de l’Enseignement catholique, article 115, juin 2013.

 ACCUEILLIR

Nous tenons à l’accueil de chaque personne, telle qu’elle est. L’attention à chacun est une disposition d’esprit première. Chaque adulte de la communauté éducative comme chaque élève est appelé à entrer dans cette attitude fondamentale.

Accueil de tous et de chacun sans sélection de niveau en vue d’amener chacun à son meilleur niveau.
Ainsi, l’accueil se fait de façon personnalisée en vue d’adapter l’accompagnement éducatif au plus près de ce dont la personne a besoin.

De ce fait, dès la première moitié du premier trimestre les professeurs du collège se rassemblent en conseil de mi-trimestre, s’en suivent des actions éducatives immédiatement applicables.
A l’école primaire, dès la grande section, des groupes de besoins sont constitués et utilisés pour les Activités Pédagogiques Complémentaires (APC). Dans ce cadre, il est proposé une séance de soutien par semaine après l’école.

En ce qui concerne les élèves, l’établissement choisit de ne pas sélectionner son public et se donne les moyens d’accueillir des personnes à besoins particuliers, par le biais des ULIS en primaire et collège, mais encore par des formations données aux enseignants sur la dyslexie ou autres formes de difficultés nécessitant des aménagements spécifiques.

Les élèves sont les premiers bénéficiaires de l’accueil de personnes ayant un handicap, qui nous donnent un témoignage de force et de volonté édifiant et donnent une occasion concrète d’apprivoiser les limites de chacun dans la bienveillance.

L’accueil de tous ne se limite pas aux personnes ayant des difficultés particulières, c’est aussi se laisser déranger par des occasions ponctuelles.

Les établissements accueillent de nombreux stagiaires (élèves de 3ème, stages en informatique, futurs chefs d’établissement, élèves de Maisons Familiales et Rurales, élèves de lycées professionnels préparant les diplômes de service à la personne ou CAP petite enfance).

A Saint Joseph, des jeunes d’Institut Médico-Educatif viennent à l’école afin de rencontrer d’autres jeunes, dans un cadre permettant socialisation et reconnaissance ; mise en place d’un partenariat avec l’Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique pour une inclusion partielle en milieu scolaire d’enfant de cet établissement.

Aux collèges et au lycée, mise en place de parcours dérogatoires.

Les très nombreux élèves bénéficiant d’un Plan d’Accueil Personnalisé (PAP) font l’objet d’un suivi particulier. Les informations sont transmises d’année en année.

A l’école élémentaire, accueil de primo-arrivant, enfants non francophones, « d’enfants du voyage » etc…

L’exigence dans l’accompagnement éducatif et scolaire n’est pas un élitisme excluant. Il s’agit d’accueillir tous ceux avec qui nous pourront œuvrer, en cohérence avec notre projet éducatif, afin d’advenir au meilleur d’eux-mêmes.

Pour que cet accueil de tous porte des fruits, il se vit dans une cohérence et collaboration éducative avec les parents. Le lien aux parents est soutien pour eux et gage de fécondité de notre accompagnement éducatif.

Accueil des nouveaux parents par l ‘APEL1 : café de rentrée, intervention aux réunions de classe …

1 APEL : Association des parents de l’Enseignement Libre

De nombreux exemples manifestent l’énergie mise en œuvre par toute une communauté éducative soucieuse de permettre à chacun de s’enrichir des autres :

  • Souci d’organiser des formations qui favorisent l’accueil de tous (ex : Braingym, Dyslexie, Gestion mentale, …), travail avec des spécialistes.
  • Souci d’établir un dialogue en confiance avec les parents ; accueil d’élèves et de parents tout au long de l’année.
  • Prise en compte des PAI-PAP1 avec par exemple des photocopies des cours et des évaluations adaptées, un temps supplémentaire…
  • Accompagnement des parents : réunion de parents des futurs sixièmes en juin pour dédramatiser la rentrée, formation des parents correspondants, rencontres parents/professeurs, conférences sur l’éducation en lien avec l’APEL …
  • Intégration des ASEM2 et des AESH3 dans l’équipe éducative et participation aux ESS4 pour les besoins spécifiques des enfants en situation de handicap.
  • Prendre le temps pour mieux connaître les personnes, faire attention à notre façon de dire «  Bonjour », s’efforcer de connaître les prénoms des élèves, des adultes…
  • Journée d’intégration des sixièmes, des secondes ; « Matinées découvertes » où sont accueillis les futurs CP, sixièmes, secondes.
  • Intégration progressive à l’école maternelle des enfants de la classe passerelle et de petite section.
  • Portes-Ouvertes où tout le personnel, enseignant et non enseignant, s’investit.
  • Accueil des élèves au portail par l’équipe éducative chaque matin.
  • Organisation d’une journée du Handicap pour apprivoiser les différences.
  • Contacts réguliers, partenariat avec les éducateurs extérieurs au groupe scolaire, les services de soin.
  • Accueil particulier pour certains enfants en difficulté scolaire, précoces ou autres …
  • Accueil de familles en difficultés financières, humaines …
  • Cantine : accueil des enfants à allergies (dès deux ans), avec des régimes alimentaires spécifiques ; moyens humains dans la préparation des plats, encadrement dans le service.
  • Groupes de travail à partir des intelligences multiples en histoire pour les CE2.
  • Mise en place d’un tutorat par un adulte de l’établissement pour l’accueil des nouveaux personnels.

 

1PAI : Projet d’Accompagnement Individuel (pour un problème de santé principalement); PAP : Projet d’accompagnement Personnalisé (pour une Dyslexies par exemple)
2ASEM : Agent Spécialisé des écoles Maternelles.
3AESH : Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap. Voir P1.
4ESS : Equipe de Suivi de Scolarité (réunion de l’équipe éducative pour un élève ayant un handicap afin d’ajuster les aménagements)

Quoi que procédant d’une volonté délibérée, l’accueil de tous trouve des limites, particulièrement pour des raisons d’architecture, par exemple l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, sur lesquelles nous travaillons. Par ailleurs, si l’accueil de personnes ayant des besoins spécifiques est une chance pour la classe comme pour la personne elle-même, la condition de son succès réside dans notre capacité à suivre chacun.

 ENSEIGNER

L’étymologie du mot enseigner est : « montrer le signe ». L’enseignement aide à décrypter les choses,
à voir plus loin que les premières évidences pour en chercher le sens. Il est donc nécessaire d’apprendre et comprendre.

L’enseignement, comme l’éducation, est une dynamique double, celle qui met en conjonction deux intelligences et libertés, celles du jeune et de l’adulte.
Chaque membre de cette communauté éducative est soumis à des exigences, qu’elles soient scolaires ou professionnelles. Il s’agit de pouvoir accompagner chacun, adulte et enfant, pour qu’il se réalise à hauteur de ses capacités et compétences. Les efforts des uns contribuent à l’avancée des autres ; c’est le propre d’une communauté que d’être interdépendants. Nous le voyons bien dans une classe où il peut y avoir une belle émulation ou un esprit négatif qui entrave le progrès.
Il est bon de souligner l’importance de la place de l’élève lui-même dans cet accompagnement, dès sa prime jeunesse. C’est bien ce que disent les statuts de l’enseignement catholique quand ils affirment que l’élève fait partie de la communauté éducative. Ainsi, l’enjeu de l’accompagnement n’est pas de faire à la place de l’élève, ni de le contraindre absolument pour qu’il fasse, mais de trouver ensemble ce qui fait obstacle et de l’aider à poser des actes libres et constructifs.

Un cahier « je grandis » est mis en place en maternelle, « de progrès » en CP et CE1, en lycée.

Chacun, élève ou adulte, peut s’investir au-delà de la seule scolarité en se demandant « Qu’est-ce que je fais pour faire grandir les personnes qui m’entourent ? »

En lycée, la classe inversée11 permet aux élèves d’apprendre à leur rythme et de s’enseigner mutuellement …

11. La classe inversée organise le cours et la présence du professeur de la façon suivante : l’enseignant donne aux élèves avant le cours les éléments essentiels de son contenu (par des recherches à faire, l’envoi de documents, de capsules vidéo ou autres), il aiguise la curiosité intellectuelle des élèves et se rend ainsi disponible à eux en classe pour expliquer et aider à appliquer.

 EDUQUER

Marcher ensemble, avec l’élève, pour élever, porter plus haut, toutes les dimensions de sa personne, afin qu’il découvre le meilleur de lui-même et puisse le mettre au service du Bien Commun.

Tous les adultes participent de cette mission d’éducation, les enseignants et éducateurs de la vie scolaire, comme les secrétaires, les personnes de ménage ou de cantine, les bénévoles ; tout adulte œuvrant dans l’établissement a une mission éducative. Il se dit en Afrique qu’il faut tout un village pour éduquer un enfant ; nous le croyons également et reconnaissons à chacun une partie à jouer dans cette immense tâche. De ce fait, plus les adultes et les jeunes se côtoient, plus les occasions seront données d’avancer ensemble. Partageant une même mission, des liens forts se tissent entre tous les adultes ; les équipes ont le souci de s’entraîner vers la bienveillance, de compléter leur regard par ce que d’autres ont remarqué ou tenté, d’œuvrer avec fermeté dans la douceur.

Les parents font également partie de la communauté éducative. Nous leur reconnaissons toute leur place en vue d’une collaboration dans l’accompagnement éducatif. Il ne s’agit pas pour les parents d’intrusion dans l’exercice professionnel de ceux à qui ils ont confié leur enfant, mais d’apporter tous les éléments pouvant éclairer le regard des éducateurs afin d’ajuster toujours plus finement l’accompagnement éducatif. Il s‘agit de vivre une complémentarité éducative dans une relation de confiance mutuelle. Cette éducation, dont les parents connaissent les joies et les difficultés à la maison, doit être source de respect et d’une collaboration emprunte d’écoute mutuelle.

Le conseil des parents délégués ou la disponibilité des enseignants envers les familles, dans le but d’ajuster l’accompagnement éducatif au plus près de l’élève.
Rôle de l’APEL pour renforcer le lien entre les parents et le groupe scolaire.

L’élève lui aussi est au cœur de cette dynamique, pas uniquement comme l’objet du souci éducatif, mais d’abord comme sujet. Tout l’enjeu est de faire entrer le jeune dans la compréhension du travail qui se fait pour lui et de l’en rendre partie prenante. « Le rapport éducatif est ainsi avant tout, la rencontre de deux libertés, et l’éducation bien réussie est une formation à l’usage correct de la liberté » Benoît XVI12

PPRES13 où l’élève rencontre chaque semaine un adulte tuteur pour faire le point sur des défis qu’il s’est donné pour corriger ses difficultés.

12. Benoît XVI, Lettre au diocèse de Rome sur le devoir urgent de la formation des nouvelles générations, 21 janvier 2008.
13.
PPRES : Le Projet Personnalisé de Réussite Éducative et Scolaire.

VIVRE ENSEMBLE : Ecole LIEU de VIE

L’école n’est pas qu’un lieu de passage destiné à nourrir l’intellect des élèves ; elle est un lieu où l’on vit, un lieu dans lequel on s’engage, ensemble, pour la joie et le développement de chaque personne.

Projet éducatif du Groupe scolaire Jean-Paul II